Prix des résidences seniors: coûts et solutions de financement

prix-residence-senior-aides-disponibles
Résidence seniors

L’INSEE prévoit un doublement des seniors de 75 ans et plus d’ici 2050. Les résidences seniors sont une alternative aux maisons de retraite, mais à quel prix ? Quels sont les critères qui font varier les coûts ? Quelles sont les aides financières disponibles pour vous aider à accéder à ce type de logement ?

Découvrons ensemble tout ce qu’il faut savoir sur le budget d’une résidence services senior, pour anticiper les dépenses et choisir la solution qui vous correspond le mieux.

Quels sont les coûts liés à une résidence pour personnes âgées ?

Il existe différents types de résidences services seniors, selon le niveau de confort, de services et d’accompagnement proposés. Le coût d’une résidence senior dépend donc du type de résidence choisie, du logement occupé et des services utilisés.

Coût du loyer ou de l’achat d’un appartement en résidence senior

Les résidences seniors peuvent être proposées à la location ou à l’achat. La location est la formule la plus courante, car elle offre plus de flexibilité et de sécurité aux résidents. L’achat peut être intéressant pour les personnes qui souhaitent investir dans un bien immobilier ou transmettre un patrimoine. 

Le coût dépend du type, de la taille et de la localisation de la résidence, ainsi que des prestations proposées. Le prix moyen d’une location en résidence senior varie de 500 € pour un studio à 2 000 € pour un T2. Celui d’un achat en résidence senior fluctue de 150 000 € pour un studio à 300 000 € pour un T3. Les prix sont plus élevés dans les zones où l’immobilier est plus cher, comme l’Île-de-France, la Côte d’Azur ou les grandes métropoles.

Le coût d’une résidence senior est plus élevé que celui d’un logement classique, mais il faut considérer qu’il inclut des services supplémentaires. Selon les configurations choisies, il peut rester inférieur à celui d’un établissement médicalisé, comme un EHPAD[1] ou une USLD[3], qui coûtent en moyenne 2000 € et 2500 € par mois.

Vivre en résidence senior : Coût des charges et des services

En plus du loyer ou de l’achat d’un appartement en résidence senior, il faut aussi prendre en compte le coût des charges et des services proposés par l’établissement. Ceux-ci peuvent être inclus dans le loyer ou l’achat, qu’ils soient utilisés ou non par le résident. Généralement, il s’agit des prestations de base pour le bien-être et la sécurité des résidents :

- offres multimédias et télécommunication ;

- ascenseur ;

- équipe présente de 8 h à 20 h ;

- accès sécurisé ;

- interphone ;

- réception et remise du courrier ;

- portage de courses lourdes ;

- espaces communs (salon, bibliothèque, parc, etc.) en accès libres ;

- activités quotidiennes si vous souhaitez y participer.

Des services payants sont proposés en supplément, dont le coût dépend du tarif pratiqué par l’établissement, ainsi que du nombre et de la fréquence d’utilisation par le résident. Il peut varier de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros par mois. Ils sont proposés à la carte, selon les besoins et les envies du résident :

- téléassistance ;
- coordination des interventions à domicile ;
- distribution de médicaments ;
- restauration ;
- entretien du logement ;
- linge personnel et de maison ;
- soins esthétiques et salon de coiffure ;
- soins infirmiers ;
- etc.

les prix pour une residence services pour seniors

Prix des résidences seniors : Quels sont les aides et les financements possibles ?

Il existe des aides et des financements possibles pour vous aider à payer votre loyer ou votre achat, vos charges et vos services. Ces aides peuvent être publiques ou privées, selon votre situation personnelle, votre niveau de revenus et vos besoins.

Résidence pour personnes âgées autonome: les aides financières publiques

Si vous vivez en résidence senior, vous pouvez prétendre à des aides financières publiques qui allègent votre reste à charge, c’est-à-dire la part que vous payez après déduction de vos ressources personnelles.

Conditions d’éligibilitéAide
APA (allocation personnalisée d’autonomie)- 60 ans ou plus ;
- en perte d’autonomie ;
- résider en France de façon stable et régulière ;
- ressources inférieures au plafond.
Somme mensuelle destinée à financer une partie des dépenses liées à la perte d’autonomie.
Aide-ménagère- 65 ans ou plus (ou 60 ans en cas d’inaptitude au travail) ;
- besoin d’une aide à domicile[4] ;
- ressources inférieures au plafond.
Prise en charge partielle du coût d’une aide à domicile[4] (tâches domestiques ou administratives).
Aides des caisses de retraite- retraités du régime général ou agricole ;
- besoin d’une aide à domicile[4] ;
- ressources inférieures à un plafond.
Contribution financière pour les services d’aide à domicile[4], les équipements adaptés, les travaux d’aménagement ou les frais de transport.
Aides fiscales pour l’aide à domicile[4]- emploi d’un salarié à domicile ou recours à un service d’aide à domicile[4] ;
- résider en France.
Crédit d’impôt de 50 % des dépenses engagées pour l’aide à domicile[4][5], dans la limite d’un plafond annuel.
Aides pour la téléassistance- 60 ans ou plus ;
en situation de fragilité ou - de dépendance[6] ;
- résider en France.
Participation financière pour l’installation et l’abonnement à un service de téléassistance.
Aides au logement- location ou propriété d’un logement décent ;
- ressources inférieures au plafond ;
- résider en France de façon stable et effective.
Allocation mensuelle qui réduit le montant du loyer ou des charges locatives.
ASH (aide sociale à l’hébergement)- 65 ans ou plus (ou 60 ans en cas d’inaptitude au travail) ;
- hébergement en établissement ou chez un accueillant familial ;
- ressources insuffisantes pour payer les frais d’hébergement.
Prise en charge totale ou partielle des frais d’hébergement en établissement ou chez un accueillant familial.

Les aides privées en hébergement pour personnes âgées

Les aides privées en hébergement pour personnes âgées sont des dispositifs mis en place par des organismes privés, comme des mutuelles, des assurances, des caisses de retraite ou des associations, pour compléter les aides publiques.

Conditions d’éligibilitéAide
Prêt viager hypothécaire- propriétaire ;
- 65 ans ou plus ;
- résider en France.
Prêt remboursable au décès ou à la vente du bien. Le montant dépend de la valeur du bien, de l’âge et de l’espérance de vie du bénéficiaire.
Subvention d’aide au logement[7] (SAL)- vivre en résidence senior ;
- adhérer à une mutuelle ou une caisse de retraite complémentaire qui octroie la SAL ;
- ressources inférieures au plafond.
Subvention mensuelle qui réduit le coût du logement, dont le montant dépend des ressources du demandeur et du coût du logement
Réduction tarifaire- vivre en résidence senior ;
- bénéficier d’une mutuelle, d’une assurance ou d’une caisse de retraite partenaire de la résidence ;
- souscrire à un contrat qui prévoit la réduction tarifaire.
Réduction sur le prix du loyer ou de l’achat. Le pourcentage dépend du contrat souscrit par le demandeur et du tarif pratiqué par la résidence.
Service gratuit- vivre en résidence senior ;
- accompagnement par une association ou une fondation qui offre un service gratuit.
Service non facturé, qui améliore le bien-être et l’intégration du résident (accompagnement social, aide administrative, écoute psychologique, etc.).


Pour choisir une résidence services senior, comparez les offres et les tarifs, et renseignez-vous sur les aides financières. Pour vous aider dans votre recherche, consultez Annuaire Retraite, notre plateforme en ligne gratuite qui vous offre des informations détaillées sur les établissements. Vous pouvez aussi contacter notre équipe de conseillers, qui vous accompagnera dans vos démarches.

Laissez un commentaire