USLD en Hôpital : Pathologies, tarifs et procédure d’admission 

USLD en Hôpital Pathologies, tarifs et procédure d’admission
Maisons de retraite

L’accueil d'une personne âgée en EHPAD[1] peut parfois devenir complexe lorsque son état de santé nécessite des soins plus poussés et une surveillance médicale intensive. C'est là qu'interviennent les unités de soins de longue durée[2] (USLD[2]). Généralement adossées à un hôpital ou à une clinique, ces structures spécialisées offrent une solution pour les résidents nécessitant un hébergement et une prise en charge mieux adaptée à leur niveau de dépendance[3] et à leurs besoins en soins médicaux.

Qu’est-ce qu’une unité de soins de longue durée (USLD[2]) ? 

L’USLD[2], est un établissement médicalisé dédié à la prise en charge des patients dont l'état de santé requiert un suivi régulier et prolongé. Ces structures accueillent notamment les personnes âgées de plus de 60 ans en perte d'autonomie sévère, les personnes handicapées ou celles atteintes de maladies chroniques nécessitant une surveillance médicale continue. Selon les données publiées par la DREES fin 2021, les USLD sont au nombre de 587 [2]en France (30 249 lits).

senior en USLD recevant la visite de sa famille

Quelles sont les maladies prises en charge en USLD[2] à l’hôpital ?

Parmi les affections les plus fréquemment traitées en USLD[2], on retrouve les maladies neurodégénératives, telles que la maladie d'Alzheimer[4] et la maladie de Parkinson. Ces conditions exigent une expertise médicale particulière et une surveillance attentive pour gérer les symptômes évolutifs et fournir un soutien adéquat aux patients et à leurs familles.

Les USLD[2] prennent également en charge : 

  • les troubles respiratoires ; 
  • les affections cardiaques telles que l’hypertension sévère ou les maladies coronariennes ; 
  • les troubles du métabolisme tels que le diabète ou l’insuffisance rénale chronique ; 
  • la dénutrition[5]
  • la dépression[6]
  • les chutes et les troubles de l’équilibre.

Comment se passe la prise en charge des résidents en USLD[2] ?

Les résidents en unité de soins de longue durée bénéficient d'une prise en charge complète et personnalisée, couvrant différents aspects de leur santé et de leur bien-être.

Des soins médicaux individualisés

Dans les USLD en hôpital[2], chaque patient est pris en charge de manière personnalisée, en tenant compte de sa condition médicale et de son état de santé général. 

Les équipes pluridisciplinaires spécialisées, comprenant des médecins, des infirmières ou encore des aides-soignants, travaillent en étroite collaboration pour élaborer des plans de traitement sur mesure, visant à garantir une prise en charge de qualité et adaptée aux besoins de chacun.

Une surveillance médicale continue

Des professionnels de santé qualifiés veillent sur les résidents, contrôlant leur état de santé et l'évolution de leurs pathologies. Cette surveillance médicale constante garantit une réactivité maximale face à toute complication médicale.

Une assistance dans les actes de la vie quotidienne

La plupart des résidents de ces établissements sont majoritairement confinés au lit ou au fauteuil, nécessitant une assistance complète pour accomplir les gestes essentiels de la vie quotidienne.

Des aides-soignants sont présents pour les aider dans leurs déplacements, leur toilette, leur habillement et tout autre besoin lié à leur dépendance[3]. Cette assistance vise à préserver la dignité et le confort des patients tout en favorisant leur autonomie dans la mesure du possible.

Une alimentation adaptée

Une attention particulière est portée à l’alimentation des résidents en USLD,[2] qui sont nombreux à souffrir de dénutrition[5]. La composition des repas est adaptée à leurs besoins nutritionnels et prend en compte les régimes ou restrictions alimentaires de chacun.

Des soins de réadaptation

Des séances de kinésithérapie[7], d’ergothérapie et d’autres interventions spécialisées sont proposées de manière régulière. Elles visent à améliorer l’autonomie fonctionnelle, à favoriser la récupération après une maladie, un accident ou une chirurgie, et à maintenir les capacités physiques et cognitives des résidents dans la mesure du possible.

Comment entrer en USLD[2]

L'entrée en USLD[2] survient fréquemment à la suite d'une hospitalisation ou d'un séjour en soins de suite et de réadaptation, lorsque l’état de santé n’autorise pas un retour à domicile ou à l’EHPAD[1]. Cependant, il est également possible qu'une personne âgée soit directement admise en USLD[2] depuis son domicile.

Le patient : 

  • présente un état de santé nécessitant une attention médicale continue, caractérisé par des conditions médicales graves et chroniques, des problèmes de mobilité sévères ou encore un besoin de convalescence suite à une maladie grave ou à une intervention chirurgicale majeure ; 
  • nécessite une surveillance médicale régulière, impliquant des contrôles périodiques, l'administration de médicaments et des soins infirmiers quotidiens.

L'admission se fait sur dossier médical et administratif, accompagné de justificatifs tels que le dernier avis d’imposition. 

Quelle durée en moyenne pour un séjour en USLD[2]

La durée moyenne d'un séjour en unité de soins de longue durée peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs, notamment la gravité de la pathologie du résident, sa réponse aux traitements, et ses besoins de prise en charge médicale et de réadaptation. 

Certains patients peuvent nécessiter un séjour de quelques semaines à quelques mois pour une rééducation post-opératoire ou une stabilisation de leur état de santé, tandis que d'autres auront besoin d’une prise en charge à plus long terme en raison de maladies chroniques ou de troubles dégénératifs. En moyenne, un séjour en USLD[2] dure de 3 à 6 mois, en fonction de l'évolution de la condition médicale du résident.

Quel financement pour une hospitalisation en USLD[2]

L'hospitalisation en unité de soins de longue durée est principalement financée par l'assurance-maladie et les fonds personnels du résident.

Les tarifs

Les tarifs appliqués peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs, tels que les services médicaux et de réadaptation fournis, la durée du séjour et la situation financière du patient.

Le système de tarification est le même qu’en EHPAD[1], définit par trois postes différents : 

  • l’hébergement qui comprend principalement le coût de la chambre et de la restauration. Cette partie est à la charge du patient ; 
  • la dépendance[3] qui peut être financée en partie par l’APA en fonction du GIR [8]du patient et de ses revenus ; 
  • les soins qui sont généralement pris en charge par l’assurance-maladie.

Les aides

Outre l’APA, d’autres aides peuvent être octroyées sous conditions de ressources et en fonction de la situation sociale du résident telles que : 

  • l’aide sociale à l’hébergement (ASH) permettant de couvrir une partie des frais relatifs à l’hébergement si et seulement si l’unité de soins est habilitée à l’aide sociale ; 
  • les aides au logement comme l’aide personnalisée au logement (APL) ou l’allocation de logement sociale (ALS).

En conclusion, les unités de soins de longue durée jouent un rôle essentiel dans la prise en charge médicale des personnes âgées nécessitant une surveillance continue et des soins spécialisés. Leur approche individualisée et leur expertise médicale contribuent à améliorer la qualité de vie et le bien-être des résidents. 

Laissez un commentaire