Le coût d’une USLD détaillé : Analyse des prix et des aides disponibles

prix usld
Maisons de retraite

Vous aimeriez pouvoir offrir à votre proche des soins en USLD[1] à un prix abordable. Ces structures, adossées à des établissements hospitaliers, accueillent des personnes dont l’état de santé nécessite une surveillance médicale permanente. Pourtant, leur coût peut être un défi pour de nombreuses familles. Comment sont fixés les tarifs de telles unités de soins ? Quelles sont les aides financières disponibles pour réduire le reste à charge ? Nous vous proposons un tour d’horizon du budget d’une USLD[1] et des moyens de le financer.

Combien coûte une hospitalisation en USLD[1] et comment est calculé le tarif journalier ?

Le coût d’une hospitalisation en USLD[1] varie selon les établissements, mais il faut généralement compter entre 60 et 75 euros par jour. Le tarif journalier en USLD[1] est fixé par le directeur de l’établissement, après avis du conseil de surveillance et du conseil de la vie sociale. Il est révisé chaque année en fonction de l’évolution des charges et des recettes de l’établissement. Il se décompose en deux parties : le tarif hébergement et le tarif dépendance[2].

Coûts liés à l’hébergement en USLD[1]

Le tarif hébergement couvre les frais liés à l’accueil, au logement, à la restauration et à l’animation de la personne âgée. Il comprend également les frais de personnel non médical (agents administratifs, agents techniques, agents hôteliers…).

Le montant du tarif hébergement varie selon les établissements, mais il se situe généralement autour de 55 euros par jour. Il est à la charge du résident ou de sa famille, sauf si celui-ci bénéficie de l’aide sociale à l’hébergement ou des aides au logement.

Charges relatives au niveau de dépendance[2] de la personne âgée

Le tarif dépendance[2] couvre les charges liées à la perte d’autonomie de la personne âgée. Il comprend notamment les frais de personnel médical (infirmiers, aides-soignants, médecin coordonnateur[3]…) et de matériel nécessaire aux soins.

Le montant du tarif dépendance[2] varie selon le degré de dépendance[2] du résident, évalué par la grille AGGIR[6][5][4] (autonomie gérontologie groupes Iso-Ressources). Il existe six groupes Iso-Ressources (GIR[4][7]), allant du GIR[4] 1 (personne très dépendante) au GIR[4] 6 (personne autonome). Plus le GIR[4] est faible, plus le tarif dépendance[2] est élevé.

Le tarif dépendance[2] se situe généralement entre 5 et 20 euros par jour. Il est partiellement pris en charge par l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), versée par le conseil départemental. Le reste à charge du résident ou de sa famille dépend du montant de l’APA.

Prise en charge des frais médicaux personnels des résidents

Ces frais englobent divers éléments tels que les consultations médicales, les médicaments, l’adhésion à une mutuelle, etc. Cependant, la manière dont ces charges sont gérées dépend du statut de l’établissement. Cette distinction dans la gestion des frais médicaux personnels peut avoir un impact significatif sur le coût global de la prise en charge.

Dans les établissements en « tarif soin partiel », les résidents sont responsables de ces dépenses, tout comme s’ils étaient chez eux. Ils peuvent prétendre à un remboursement de l’assurance maladie et de leur complémentaire santé conformément aux procédures habituelles.

D’un autre côté, les établissements en « tarif soin global » opèrent différemment. L’assurance maladie alloue un financement supplémentaire à l’établissement, en sus des coûts liés à la médicalisation. Ce fonds est spécifiquement destiné à couvrir certains frais médicaux des résidents, notamment les honoraires des médecins généralistes, les examens de biologie et radiologie courants, ainsi que les dépenses pharmaceutiques.

quel est le prix d'une usld et quelles sont les aides financières disponibles ?

Quelles sont les aides financières disponibles pour une personne en USLD[1] ?

Une personne en USLD[1] peut bénéficier de plusieurs aides financières pour réduire le reste à charge[8] de son séjour. Ces aides sont soumises à des conditions de ressources et de dépendance[2].

L’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

L’APA est une aide versée par le conseil départemental aux personnes âgées dépendantes. Elle permet de financer une partie du tarif dépendance[2] en USLD[1]. Le montant de l’APA dépend du degré de dépendance[2] du résident, évalué par la grille AGGIR[5][6], et de ses ressources.

L’APA est versée directement à l’établissement, qui la déduit du montant facturé au résident ou à sa famille. Pour bénéficier de l’APA, il faut être âgé de 60 ans ou plus, être classé en GIR 1 à 4[4] et résider en France de façon stable et régulière.

L’aide sociale à l’hébergement (ASH)

L’ASH est une aide versée par le conseil départemental aux personnes âgées qui ne peuvent pas assumer le coût de leur hébergement en USLD[1]. Elle permet de financer une partie ou la totalité du tarif hébergement. Le montant de l’ASH dépend des ressources du résident et de sa famille, ainsi que du coût de l’établissement.

L’ASH est versée directement à l’établissement, qui la déduit du montant facturé au résident ou à sa famille. Pour bénéficier de l’ASH, il faut être âgé de 65 ans ou plus (ou de 60 ans en cas d’inaptitude au travail), avoir des ressources inférieures au coût de l’hébergement et résider en France de façon stable et régulière. L’ASH est récupérable sur la succession du bénéficiaire ou sur les obligés alimentaires (enfants, petits-enfants, gendres, belles-filles).

Les aides au logement

Les aides au logement sont des aides versées par la caisse d’allocations familiales (CAF) ou la mutualité sociale agricole (MSA) aux personnes âgées qui ont des difficultés à payer leur loyer. Il existe deux types d’aides au logement : l’aide personnalisée au logement (APL) et l’allocation de logement sociale (ALS). Elles permettent de financer une partie du tarif hébergement en USLD[1]. Le montant des aides au logement dépend des ressources du résident, du coût de l’établissement et du lieu de résidence.

Les aides au logement sont versées directement à l’établissement, qui les déduit du montant facturé au résident ou à sa famille. Pour bénéficier des aides au logement, il faut être âgé de 60 ans ou plus, avoir des ressources inférieures à un plafond fixé chaque année et résider dans un établissement conventionné.

- - - 

L’hospitalisation en USLD[1] représente un coût important pour les personnes âgées et leurs familles. Il est donc essentiel de connaître les différents éléments qui le composent, ainsi que les aides disponibles pour le financer. Mais des dispositifs permettent de réduire le reste à charge des seniors en situation de dépendance[2]. N’hésitez pas à vous renseigner auprès des établissements qui vous intéressent pour connaître leurs tarifs et leurs modalités d’admission.

Laissez un commentaire