EHPAD Alzheimer : Comment obtenir le consentement d’un proche atteint de la maladie ?

EHPAD Alzheimer  Comment obtenir le consentement d’un proche atteint de la maladie 
Maisons de retraite

Face au défi du consentement en EHPAD Alzheimer[2][1], comment s’assurer que la décision respecte à la fois la volonté du patient et les impératifs de sa santé ? Comment procéder pour que la transition se fasse avec le respect le plus complet des souhaits de la personne atteinte ? Cet article explore les pratiques optimales pour obtenir le consentement éclairé de votre proche, en mettant en lumière les droits du patient et les obligations des familles. En le lisant, vous serez mieux équipé pour accompagner votre proche avec dignité et compassion, tout en respectant scrupuleusement la législation en vigueur.

Consentement en EHPAD[1] Alzheimer[2] : Les droits des personnes atteintes de la maladie

Obtenir le consentement de votre proche pour un EHPAD[1] Alzheimer[2] implique de respecter scrupuleusement ses droits, en veillant à une communication adaptée et éthiquement responsable.

Consentement éclairé : De quoi s’agit-il ?

Selon le Larousse, le consentement est « l’action de donner son accord à une action, à un projet ». Pour qu’il soit valable, il faut que la personne soit libre et autonome. Il peut arriver que vous pensiez qu’un proche a perdu cette autonomie. Cependant, évaluer l’autonomie des patients Alzheimer[2] est une tâche qui nécessite des outils spécifiques, utilisés par des professionnels.

Le consentement doit également être éclairé, ce qui implique que la personne ait reçu toutes les informations nécessaires pour comprendre pleinement la situation et prendre une décision en connaissance de cause. Obtenir un consentement véritable exige donc du temps pour communiquer efficacement.

Faut-il mentir à une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer[2] ?

Selon l’article 27 de la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, le placement d’une personne contre son gré est interdit. Cette disposition légale souligne l’importance du respect de la volonté individuelle, en particulier dans le contexte des décisions affectant la vie des personnes âgées.

La notion d’assentiment souligne l’importance de chercher l’accord de la personne, même si elle est incapable de donner un consentement pleinement libre et éclairé. Moins actif que le consentement, l’assentiment se manifeste par une absence de résistance à une décision et peut ne pas être verbal.

Soyez attentif aux signes non verbaux, surtout si votre proche a des troubles cognitifs significatifs : un sourire, un geste tendre ou une attitude paisible sont des communications précieuses.

Comment évaluer la capacité de discernement d’un proche en perte d’autonomie à cause d’Alzheimer[2] ?

Pour évaluer la capacité de discernement d’une personne, deux aspects fondamentaux sont à considérer :

  1. Compréhension et appréciation de la situation : La personne peut-elle saisir les enjeux d’une situation spécifique ? Est-elle capable d’analyser les bénéfices et conséquences d’une option avant de prendre une décision ?
  2. Capacité d’agir selon sa volonté : Une fois la décision prise, la personne est-elle en mesure de l’appliquer de manière autonome, sans être influencée par des forces extérieures ?

Évaluer la capacité de discernement chez un individu atteint de démence est complexe. Il s’agit de trouver un équilibre entre leur droit à l’autodétermination et la nécessité de les protéger. Il est conseillé de solliciter l’avis d’un médecin dans ces situations.

médecin discutant du placement en EHPAD Alzheimer avec un senior

Le discernement est une compétence et doit être jugé sur le processus décisionnel, plutôt que sur le résultat. Une personne peut faire preuve de discernement tout en choisissant une option que vous considérez comme inappropriée, ou inversement, manquer de discernement tout en faisant un choix jugé sage.

Comment annoncer une entrée en EHPAD[1] Alzheimer[2] à une personne âgée atteint de la maladie ?

Annoncer à un proche atteint de la maladie d’Alzheimer[2] son entrée en EHPAD[1] est une démarche délicate qui nécessite tact, clarté et compassion.

Choisir le bon moment pour aborder l’entrée en maison de retraite

Pour discuter de l’entrée en EHPAD[1], choisissez un moment calme et privé. Anticipez cette conversation, car obtenir un consentement peut nécessiter du temps.

Idéalement, évitez les situations d’urgence qui rendent ce changement difficile à accepter pour votre proche, et source de culpabilité pour l’aidant.

Utilisez un langage clair et évitez les termes médicaux complexes. Expliquez clairement les bénéfices de l’EHPAD[1] et comment cela peut enrichir la qualité de vie de la personne.

Adopter un comportement empathique et rassurant

Respectez les capacités restantes de votre proche en discutant de son entrée en EHPAD[1] Alzheimer[2]. Présentez les informations en respectant sa dignité et en évitant de souligner ses incapacités pour ne pas induire d’agressivité.

Les réactions de colère sont fréquentes et compréhensibles. Votre proche peut se sentir dévalorisé si l’initiative semble venir de quelqu’un qu’il a autrefois protégé. Cette inversion des rôles peut être très perturbante.

Plutôt que de pointer les dangers de la solitude, partagez vos inquiétudes personnelles : « Papa, je m’inquiète pour toi. J’ai besoin de savoir que tu seras bien pris en charge en mon absence. »

Maintien à domicile[3] impossible : Trouver un soutien extérieur

Prendre en compte l’avis de votre proche ne signifie pas que vous ne pouvez pas influencer son opinion. Mais il peut être complexe pour les familles de convaincre un proche que le placement est la meilleure option.

N’affrontez pas cette situation seul. Sollicitez l’aide de professionnels, comme ceux du CLIC[4], qui peuvent évaluer la situation et proposer des solutions adaptées. L’objectif n’est pas nécessairement d’éviter le placement, mais de trouver des options qui conviennent à tous, en procédant souvent par étapes progressives.

Consultez également le médecin traitant, dont l’avis professionnel est généralement bien perçu et pris en compte par votre proche.

Les techniques pour communiquer et rassurer un proche atteint de la maladie d’Alzheimer[2]

Lorsque vous communiquez avec une personne atteinte de démence, choisissez un lieu calme où les distractions sont minimisées. Cela aide à focaliser son attention et ses capacités cognitives sur la conversation.

Parlez clairement, en utilisant des phrases simples. Évitez de jongler entre différents sujets, car cela peut être trop exigeant. Soyez patient, donnez-lui le temps de répondre aux questions et ne montrez pas de frustration face aux difficultés communicationnelles.

Pratiquez l’écoute active, hochez la tête et répondez pour encourager la conversation. Évitez de corriger les petites erreurs et d’adopter un ton infantilisant ou condescendant. Prêtez attention à votre langage corporel, pour renforcer la reconnaissance et maintenir un contact visuel bienveillant.

Les recours possibles en cas de refus de consentement du proche atteint de la maladie d’Alzheimer[2]

Quand un parent âgé résiste à l’idée de déménager en maison de retraite, impliquer des professionnels extérieurs peut aider à neutraliser les émotions du débat. Le médecin de famille, les aides-soignants à domicile, ou un assistant social sont des interlocuteurs de choix pour leur expertise et leur regard neutre.

Si la santé du senior requiert un placement urgent, une demande de tutelle[5] ou curatelle[6] peut être nécessaire auprès du procureur de la République, soutenue par un certificat médical.

Pour faciliter l’adaptation, certains EHPAD[1] offrent des séjours temporaires ou des accueils de jour. Ces expériences permettent au senior de découvrir l’établissement progressivement, réduisant angoisses et réticences.

D’autres options comme l’accueil familial ou l’habitat inclusif offrent des alternatives à l’EHPAD[1], adaptées aux besoins spécifiques des personnes âgées.

Respecter le consentement du patient tout en protégeant ses intérêts est essentiel au moment de l’entrée en EHPAD[1] Alzheimer[2]. Les directives anticipées et la nomination d’une personne de confiance peuvent faciliter la compréhension et le respect des volontés du patient. Une communication ouverte et empathique avec la famille et les soignants est primordiale pour accompagner l’évolution de la maladie.

Laissez un commentaire