9 conseils pour bien réussir une entrée en EHPAD Alzheimer 

9 conseils pour bien réussir une entrée en EHPAD Alzheimer
EHPAD Alzheimer

La décision de placer un proche atteint de la maladie d’Alzheimer[1] en établissement spécialisé représente un tournant crucial dans le parcours de vie de l’aidant et du malade, soulevant des interrogations et des appréhensions légitimes quant à son adaptation et son bien-être. Face à ce défi complexe, comment garantir une transition en douceur et bien réussir une entrée en EHPAD Alzheimer[2][1] ? C’est la question à laquelle nous allons répondre au travers de 9 conseils concrets visant à faciliter au mieux cette étape. 

1 - Anticiper le besoin d’entrer en institution

La première étape essentielle dans la réussite d'une entrée en EHPAD[2] Alzheimer[1] est de reconnaître et d'anticiper le moment où la personne Alzheimer ne peut plus vivre seule à son domicile[2][1]. Il est essentiel de savoir repérer les signes indiquant que l’état de santé du proche malade nécessite une prise en charge spécialisée, tels que l’évolution de ses troubles cognitifs et son incapacité à gérer les actes de la vie quotidienne. 

senior faisant un test de démence

Il est primordial d'initier des discussions précoces au sein de la famille et avec les professionnels de santé pour évaluer objectivement la situation et envisager les différentes options disponibles. Cette anticipation permet non seulement de prendre des décisions de manière réfléchie et éclairée, mais aussi de mieux préparer la transition vers un établissement adapté.

2 - Impliquer le proche Alzheimer[1] dans la décision

Lorsqu’il s’agit de prendre la décision d’une entrée en EHPAD Alzheimer[2][1], il est crucial de reconnaître et de respecter le droit de la personne âgée à être impliquée dans le processus, dans la mesure du possible.

Malgré les défis posés par la progression de la maladie, il est important d’inclure activement le proche parent Alzheimer[1] dans les discussions concernant son avenir et son bien-être. Bien que sa capacité à participer pleinement puisse être altérée, prendre en compte ses souhaits et ses préférences peut contribuer à renforcer son sentiment de dignité et d'autonomie et à atténuer son anxiété.

3 - Choisir le bon établissement

Il est essentiel de trouver un établissement qui offre des services spécialisés et des soins individualisés répondant aux besoins spécifiques liés à la maladie d'Alzheimer[1].

Ainsi, il est recommandé de visiter plusieurs établissements et de poser des questions pertinentes aux professionnels sur place. Les critères à prendre en considération sont : 

  • la proximité géographique ; 
  • la qualité des soins et l’expertise du personnel ; 
  • la variété des activités proposées ; 
  • la personnalisation des traitements ; 
  • l'ambiance générale de l'établissement.

En choisissant la bonne structure, la famille peut s'assurer que la personne âgée bénéficiera d'un environnement sécurisé, stimulant et adapté à ses besoins spécifiques.

4 - Évaluer les différentes possibilités d’accueil

Lorsqu'il s'agit de prendre en charge un proche atteint de la maladie d'Alzheimer[1], il est important d'explorer les différentes options d'accueil disponibles pour répondre aux besoins évolutifs de la personne concernée.

L’accueil de jour

Il s’agit là d’offrir une prise en charge exclusivement en journée aux personnes âgées, principalement celles souffrant de troubles cognitifs. L’accueil de jour comprend la prise des repas, la participation à des activités diverses, et cela, une à plusieurs fois par semaine. Généralement adossé à un EHPAD[2], il vise à maintenir la qualité de vie des résidents en fournissant un environnement sécurisé et stimulant, tout en offrant un répit aux aidants familiaux.

L’hébergement temporaire

L'hébergement temporaire constitue une alternative précieuse pour les situations où l'aidant principal doit s'absenter temporairement, que ce soit pour des vacances, des obligations professionnelles ou des raisons de santé.

Il peut être proposé par certains EHPAD[2] ou par des accueillants familiaux afin d’héberger la personne malade sur une durée limitée, à temps complet ou partiel, avec ou sans hébergement.

L’accueil en unité dédiée

UVP, UHR[3], unité Alzheimer[1], PASA offrent des approches distinctes, mais sont toutes des unités spécialisées[3][2] dédiées à la prise en charge des troubles neurodégénératifs plus ou moins sévères.

Elles visent à offrir : 

  • un personnel spécifiquement formé à la pathologie ; 
  • un projet de soins et de vie adapté avec dans certaines structures, la présence d’un espace Snoezelen[4] dédié à la stimulation cognitive des résidents Alzheimer[1]
  • un lieu de vie spécialement aménagé pour faciliter les déplacements ; 
  • une adaptation des horaires au rythme des malades.

5 - Se renseigner sur les aides disponibles pour les malades Alzheimer[1]

Il est crucial de se renseigner sur les aides et avantages fiscaux disponibles pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer[1] et leurs familles. Ces aides peuvent inclure des allocations spécifiques, des dispositifs de prise en charge des frais médicaux, des réductions d’impôts ainsi que des programmes de soutien psychologique et social.

senior étudiant les aides financières disponibles pour les malades Alzheimer

En s'informant sur ces différentes ressources, la famille peut bénéficier d'un accompagnement, contribuant à alléger le fardeau financier associé à la prise en charge d'un proche atteint de la maladie d'Alzheimer[1].

6 - Préparer la transition du domicile à la maison de retraite Alzheimer[1]

Même si vous ne pouvez pas toujours anticiper exactement ce que votre proche Alzheimer[1] comprend de la situation, essayez de lui expliquer ce qui se passe et de l’impliquer dans la préparation du déménagement du domicile à la maison de retraite.

Encouragez-le à rassembler ses affaires personnelles et à décider du mobilier qu’il souhaite emporter avec lui. S’il a déjà fréquenté un foyer de jour, cela peut rendre la transition moins difficile ; sinon, assurez-vous qu’il ait visité l'établissement auparavant

7 - Rester près de la personne âgée le premier jour de l’admission

Il est recommandé de rester aux côtés de la personne âgée lors de son premier jour d'admission dans l'établissement. Ce soutien initial peut être crucial pour lui offrir du réconfort et l'aider à s'adapter à son nouvel environnement.

Votre présence peut aider à apaiser ses inquiétudes et à lui fournir un sentiment de sécurité pendant cette période de transition. Cela peut également faciliter les échanges avec le personnel de l'établissement et permettre de répondre à ses besoins immédiats.

8 - Créer un environnement familier

Il est essentiel de recréer un environnement familier en apportant des objets personnels tels que des photos, des couvertures ou des bibelots, ainsi vous contribuez à réduire le stress et l'anxiété liés à ce changement majeur dans sa vie. Cela peut également aider à renforcer son sentiment de sécurité et de confiance dans son nouveau lieu de vie.

9 - Établir une routine stable

Établir une routine stable dès l’arrivée de la personne âgée, en lui fournissant des repères rassurants, tels que des horaires réguliers pour les repas, pour les activités et le temps de repos, permet de faciliter son adaptation et de réduire ses craintes.

L'entrée en EHPAD[2] constitue une étape cruciale, souvent difficile pour les personnes âgées, et particulièrement éprouvante pour celles atteintes de la maladie d'Alzheimer[1]. Pour cette raison, il est primordial de prendre en compte les particularités de cette pathologie pour rendre ce moment le moins traumatisant possible. Ces 9 conseils offrent des pistes concrètes pour accompagner au mieux votre proche, garantissant ainsi une transition plus douce et respectueuse de ses besoins spécifiques.

Laissez un commentaire